Politiques municipales

 

                                                                                 

COMMUNIQUE  

Décès de Jean-Mathieu MICHEL, maire de Signes :

Aux élu-e-s de la Commune de SIGNES,

A Michel MARIN, Secrétaire du Cabinet du Maire, 

 

Mesdames, Messieurs,

   Nous avons appris avec la plus grande émotion la fin tragique de notre maire.dans l' accomplissement de sa  tache d'élu.

 En ces circonstances dramatiques, nous présentons  nos condoléances les plus sincères  à l' épouse, aux enfants et à la famille  de Jean-Mathieu MICHEL,  

   Etant absente de Signes et ne pouvant nous déplacer, notre association sera représentée aux obsèques par les membres du bureau de l'association présents à SIGNES. 

   Nous tenons à nous  associer à  l' hommage rendu par les élus municipaux et par l'ensemble des Signois.

 

Irène TAUTIL, Présidente de CITOYENS AU PAYS/LA CHAMBRETTE

                 

                                                                                                                       ooo000ooo

 

 

 

                                                                              Droit de réponse à l'article de L.H (Var Matin)

                                                Mise au point après la cérémonie du Charnier de SIGNES

                                                                           (jeudi 18 juillet 2019)

 

   Suite au discours d'un vétéran lors de la cérémonie du Charnier de Signes, parlant de "camions bolcheviques" transportant les suppliciés de Marseille à Signes, et à l'article de Var Matin (LH) en rajoutant  sur la responsabilité de "l'armée bolchevique" à la maneouvre, nous avons par trois fois demandé une mise au point (ci-jointe). En vain..
​Il est vrai qu'il est plus aisé de fabriquer un courrier des lecteurs hors-sol sur... la lune pour ce ​spécialiste "régional" de l'événementiel que de connaître son histoire...

   Personne n'a relevé " l'escorna"  (l'injure) dans l'assistance.

   MM le Maire et l'Adjoint à la culture au fait de ce grave "incident" n'ont pas fait de leur côté une mise au point.

                                         On aimerait savoir QUI est dernère cette manipulation imposée subrepticement au vétéran.

 

Nous présentons aux Signois notre communiqué :

   "Une malencontreuse "coquille" dans le texte lu hier au Charnier de SIGNES  par M. Laurent, vétéran, affirme par la plume de votre correspondant "L.H" que "l'armée bolchevique" avait fait le transport des martyrs de Signes.

   M Laurent avait déjà parlé des "camions bolcheviques" comme moyen de transport, ce qui était déjà une contre-vérité historique.

   Nous demandons,  au nom de l'éthique historique,  que les commentateurs ne se trompent  ni de latitude (Front de l'Est) ni de restitution authentique de la barbarie nazie, alors que les différents intervenants ont parlé de cérémonie unitaire et consensuelle. Ceux qui sont à l'origine du  texte lu ne l'ont pas fait innocemment, violant la conscience même des résistants assassinés par les Nazis et leurs collaborateurs.

 

Mr et Mme Irène et Gérard TAUTIL

Association "La Chambrette-Citoyens au pays "

SIGNES "

                                                                                                                      ooo000ooo

 

 

                                                                                        COMPTE-RENDU DE LA

                                                                       RENCONTRE – DEBAT.  SIGNES,  le 17 Mai 2019

                                                            Une rencontre avec les auteurs Jean-Claude Alberigo et Jacky Giral

                                                 du livre « POUR UNE DEMOCRATIE CITOYENNE. Partager le pouvoir »

                                                                                                   L'Harmattan. Février 2019

 

Les auteurs :

   J-Cl. Alberigo a un parcours dans l’éducation populaire et la formation d’adultes ainsi que dans la mise en œuvre de politiques régionales au sein de la collectivité territoriale Provence-Alpes-Côte d’Azur. Expérience d’élu local et de responsabilités au sein du mouvement écologiste. Engagé aujourd’hui dans les initiatives des territoires en transition.

  Jachy Giral est docteur en Sciences de l’Education engagé dans la vie associative citoyenne de l’agglomération de Frejus-Saint Raphaël, chercheur indépendant (UMR ADEF université Aix-Marseille) après avoir été responsable national de l’association Culture et Liberté.

                                                                                          ------------------------------------------------

 

   Rencontre de qualité auprès d’un public malheureusement peu nombreux, en présence de Joseph Fabris, Adjoint à la Culture et de Edouard Friedler, conseiller municipal d’opposition au Beausset. L’exposé à deux voix, clair et pédagogique, précise les multiples usages du mot « démocratie » et les expériences nombreuses qui tentent de donner sens à une vision du monde fondée sur le partage du pouvoir, en innovant par des pratiques et des institutions différentes. C’est un rappel des expériences  de démocratie directe récentes (Nuit Debout) ou plus anciennes (Suisse, municipalisme français…).

   Les auteurs se tournent vers les expériences concrètes de gestions municipales différentes de celles qui consistent à faire de la gestion avec des équipes aux discours prometteurs, mettant en évidence un véritable partage du pouvoir local reposant sur la délibération publique : initiative citoyenne et budgets participatifs, referendum citoyen à tous les niveaux sur la base d’une demande de 5% de la population, délibération publique directe dans les plus petites communes, procédure de révocation des élus qui n’ont pas respecté le mandat donné par les électeurs. Outre l’exemple des votations et des referendums en Suisse, ils font état d’expériences plus ou moins proches (Charte citoyenne de SAILLANS-Drôme, Manifeste de la « Marée Atlantique », La Corogne, Galice).

   Un intérêt particulier apparaît dans l’analyse du fonctionnement des 26 « Etats-Cantons » suisses, avec une mise en perspective historique de l’idée-constitution fédéraliste. Nous sommes à 100 lieues du système français actuel qui repose sur une concentration du pouvoir central, malgré la prise en compte municipaliste. Les moyens et les compétences ne sont pas seuls en cause, la pyramide étatique couronne la vie publique et ses préfets-relais. Et si la solution fédéraliste essaie de se faire entendre en France (entre autres, F. Mistral au XIXe siècle pense une relation décentralisée, fédérale et démocratique entre régions et Etat), elle n’a jamais les moyens de devenir un début de réalité. Il n’y a qu’à entendre les discours actuels des hommes politiques de droite comme de gauche pour comprendre le syndrome constitutionnel français....

   Si le modèle suisse est une anomalie de l’histoire pour un homme politique français, c’est qu’il repose sur une approche fondamentalement différente. Ici le compromis est recherché (référendums sur les minarets, la mort…), ce qui est une méthode étrangère au fonctionnement politique français où l’Exécutif décide en dernière instance. Par cet exemple, les auteurs démontrent les blocages actuels de la vie politique française, ce qui est positif.

   Mais ils auraient pu reprendre la question « régionale » telle qu’elle essaie d’émerger du « débat » politique actuel. C’est sans doute ce qui manque à ce travail sérieux. La prise en compte des 4 langues  pratiquées dans les cantons (italien, allemand, romanche, français) montrerait que ces liens du vivre ensemble s’opposent à la réponse univoque de la langue unique. De même, toutes proportions gardées, le refus géopolitique en France qui ignore  l’existence des 800 « pays » qui constituent l’hexagone, face au 26 cantons de la Confédération qui fonctionnent en autonomie relative, est là pour mettre en relief les pesanteurs de l’idéologie centraliste française. C’est l’actualisation de la civitas (la cité) en territoires qui est ici posée dans sa représentation citoyenne moderne : une autre variable de l’organisation sociale à prendre en compte. Et donc, une autre condition de repenser la démocratie, écartelée entre démocratie représentative et démocratie participative.

Un débat ouvert et des échanges sur le fond qui donnent une autre dimension au fonctionnement local (commune) et global (Région/Etat).

G.T

►Merci à Me Lucette MERIC de Var-matin  qui a rendu compte de cette rencontre mais dont l'article n'a été repris que partiellement par la Rédaction.

 

                                                                                                            ooo000ooo

 

DERNIERES NOUVELLES SUR LA SITUATION DU  SPANC (14 mai 2019)

 

Association de Défense de l'Environnement d'Evenos
376, chemin du Destel _ le Broussan
83330 Evenos
Tél : 04 94 90 39 23
e-mail : adee.tua@free.fr

Cher adhérent(e),

Avec l’appui de tous ceux et celles qui ont montré leur mécontentement dans la gestion du SPANC Sud Sainte Baume, au bout de 5 années de résistance et de conflit, nous avons obtenu un prix de la prestation conforme au prix moyen payé en France, (100€ pour 10 ans à la place des 65€ par an et pendant 6 ans fois 2, soit 12 ans).

Mais la Communauté d’Agglomération SSB a voulu nous faire payer les factures que nous n’avions pas acquitté à la société privée SA Spanc SSB.  Et le Trésor public nous a réclamé les factures de 2017 et 2018. Nous vous avions alors, proposé de payer et de faire un recours gracieux.

Lors du dernier conseil communautaire du 29 avril, nous avons eu la confirmation qu’il n’était pas possible de réclamer aux usagers les redevances antérieures à 2017 et 2018.

Par contre se pose le problème de l’égalité de traitement des usagers, qui auront réglé cette redevance entre 2 et 6 fois selon les cas. 

Dans le protocole d’accord signé entre la Société Spanc SSB qui demande la fin du contrat et la CA SSB, notre collectivité s’est engagé à versé 300 000€ à cette société. Cet argent sera pris dans de nos poches et cet accord nous semble révoltant.

La CA Sud-Sainte-Baume aura traité ce problème d’un bout à l’autre de manière plus que douteuse.

C’est pourquoi nous vous proposons, comme dernière action pour ce dossier SPANC, de faire une action en justice détaillée ci-après :

 

Assignation collective pour remboursement de factures illicites

Ce courrier concerne tous les usagers de Sud Sainte-Baume qui sont sur ANC

(Assainissement Non Collectif)

Grâce au collectif "SPANC SSB Le juste prix" qui a fait casser le contrat de la DSP (Délégation de Service Public) en septembre 2018, le prix des contrôles périodiques est divisé par 6 : on passe de 63 € par an à 10 € la moyenne en France.

les 7800 familles de Sud Sainte-Baume sur ANC n'auront pas à payer les 63 € de redevance annuelle qu'elles auraient dû payer de 2019 à 2024.

Cela correspond déjà à un gain de 350 € pour chacune des 7800 familles.

On ajoutera que, du fait de la prescription à deux ans, celles qui n’ont jamais payé ou n’ont pas toujours payé la redevance annuelle depuis 2012 ont gagné en plus de ces 350 € jusqu’à un, deux, trois ou quatre ans de redevance, soit jusqu’à 250 euros et au total, jusqu’à 600 € entre 2012 et 2024.

La société SAS SPANC SSB, s’est très grassement payée de 2012 à 2018. Il nous apparait malvenue que les 300 000 euros de dédommagement prévus dans le protocole de rupture de contrat lui soit rétrocédés, surtout pour une société qui a mis d’elle-même fin au contrat.

Après examen du dossier avec l’avocat du collectif, il a répondu le 24 avril qu'une action collective pouvait être engagée.

En résumé, une assignation unique, accompagnée d’une liste mentionnant tous les adhérents désireux de participer à l’action en justice, est possible devant le Tribunal d’Instance de Toulon.

Cette assignation vise l’annulation de toutes les factures émises par la SAS SPANC SSB si vous êtes dans l’un des 3 cas suivants.

Vous êtes concernés si :

  • Vous n’avez jamais eu de contrôle (cas N°1) pour information 693 familles sont dans ce cas
  • Vous avez été contrôlé uniquement dans le cadre d’un achat/vente de propriété (cas N°2)
  • Vous avez été contrôlé uniquement dans le cadre d’une construction neuve ou d’une réfection totale (cas N°3)

Ce qui, au total, correspond à environ un millier de familles d’usagers, sur les quelques 7800 de Sud Sainte-Baume.

A noter que, si vous êtes dans un des cas 1, 2 ou 3 et que vous avez régulièrement payés vos factures car vous n’étiez pas informés, vous êtes aussi invités à participer à cette assignation.

L’assignation ne vise pas l’annulation des factures pour celles et ceux qui ont eu un contrôle périodique (cas N°4).

Le coût des honoraires de cette assignation collective est de 1200 € TTC + 24 € par participant. 
Pour les financer, il est demandé à chaque participant 24 € TTC à titre personnel + 11 € pour participation à l'assignation collective, soit 35 € en tout.

Cette somme ne représente que 10% des 350 € que chacun a déjà gagné, elle est particulièrement raisonnable et ce, d’autant plus, que chacun pourra prétendre au remboursement des redevances payés, dans le cas où le juge nous donnerait raison. 

La jurisprudence est la suivante : pas de service effectué (ici pas de contrôle périodique réalisé) = pas de paiement et toutes les factures que nous avons reçu seraient illicites.

Pour établir la liste des participants, n’oubliez pas de joindre vos coordonnées au chèque de 35 €uros libellé à l’ordre de "A.D.E.E. (dossier SPANC)" « Elles sont indispensables pour être mentionnés dans l’assignation, conformément au code de procédure », (à défaut c’est une cause de nullité) :

NOM- Prénom - date de naissance - profession/retraité - adresse postale.

Pour faciliter la correspondance avec le bureau du collectif, transmettez aussi adresse mail et numéro de téléphone.

Votre chèque accompagné de vos coordonnées est à adresser au coordonnateur du collectif : 
Georges TUA, 376 chemin du Destel, Le Broussan, 83330 Evenos.

Important : Etant donné le travail de compilation à réaliser par le bureau du collectif il est nécessaire que les renseignements et chèques nous parviennent le plus rapidement possible. Merci de réagir impérativement d’ici fin mai 2019, il n’y aura pas de relance à ce courriel.

 

Georges TUA, coordonnateur du collectif

 

oooOOOooo

 

 
 

                                    Compte-rendu de la Réunion publique du 8 mars 2019.

 

- 30 personnes environ y participent, la municipalité invitée n’est pas présente.

   La Présidente Irène TAUTIL présente l’association Citoyens au Pays - La Chambrette et expose les trois thèmes qui seront abordés au cours de cette réunion publique :

  • Quel avenir pour l’ancienne Ligne à Grande Vitesse devenue Ligne Nouvelle?
  • La gestion de l’eau et de l’assainissement  à Signes et dans la Communauté de Commune.
  • Le Service Public d’Assainissement Non Collectif et ses dérives en Sud Sainte Baume

 

1-  LA LIGNE NOUVELLE

Trois représentants de l’Association Stop LGV Sud Sainte Baumes, Edel Melin, Claude Buisson, Thierry Dubois exposent tour à tour les derniers développements du projet.

  • La LGV devient Ligne Nouvelle.

   Si le projet change de nom il conserve ses caractéristiques et son tracé. C’est le tracé des grandes métropoles que les maires des villes de Marseille, de Toulon et de Nice ont plébiscité, comme l’a fait le président de la région Provence.

L’état a joué double jeu : le matin du lundi 4 mars la ministre des Transports, Me Borne, déclare sur France Inter la fin de la LGV au profit des trains de proximité ; le soir-même, M. Muselier annonce que la même ministre donne le feu vert à la LN-PCA.

   Face à ce réveil aussi brutal que prévisible, l’association Stop LGV Sud Sainte-Baume entend mobiliser les citoyens pour s’y opposer et faire pression sur les élus locaux afin de les amener à défendre auprès du gouvernement  les positions qu’ils ont prises contre la LGV.   

   Ses représentants appellent également à participer en nombre à l’assemblée Générale de l’association le 21 mars au Plan du Castellet, salle des fêtes (18h)

   L’intérêt très limité d’un  tel équipement ne peut pas justifier la destruction irrémédiable d’un environnement  de grande qualité, ni l’endettement colossal des collectivités.

   Cette  ligne extrêmement coûteuse (28 milliards pour 185 km) attise  l’appétit et les convoitises de grands groupes du BTP, de l’industrie et de différents intermédiaires en tout genre, qui ne manquent pas de faire pression sur les organes du pouvoir.

   Les intervenants soulignent aussi le caractère éphémère de cette réalisation prévue par tranche en raison de son cout.

   La soi-disant ligne nouvelle  pourrait bien être complètement obsolète à son achèvement.

 

   En conclusion cette réalisation à bien des égards inutile, génèrerait des coûts environnementaux et un endettement qui pèsera sur plusieurs générations de Provençaux.

   Suivent les interventions des  personnes présentes dans l’assemblée, dont celle d’une Conseillère Régionale d’opposition à la Région.

   Toutes les interventions sont  défavorables à la réalisation de cette Ligne Nouvelle sauf  une, celle de Marius ARMAND, pas franchement favorable mais qui fait valoir la justesse d’arguments développés par certaines associations qui soutiennent ce projet.

 

2- L’ EAU et L'ASSAINISSEMENT

   Jean Pierre SALVADOR de l’association La Chambrette rend compte de l’entrevue accordée par le Maire de Signes à l’association et de la décision prise par le Conseil Municipal, sans concertation préalable, de confier la gestion de l’eau à la communauté de commune Sud Sainte Baume (Loi NOTRe).

   Cette délégation de pouvoir pose de sérieux problèmes et notamment à terme celui de la privatisation de ce service Public.

   L’association la chambrette y est opposée, ce qu’exprime Jean-Pierre Salvador dans sa conclusion en demandant aux élus de l’agglomération de légiférer pour ne jamais confier la gestion de l’eau et de l’assainissement à une entreprise privée.

 

   Georges TUA président de l’association Spanc-le juste prix (Evenos) présente l’action menée contre la SAS-SPANC, ses coûts exorbitants en comparaison d’autres Spancs et son inactivité.  

   Résultats positifs car la communauté de Commune Sud Sainte-Baume a résilié le premier contrat, ce qui a permis de faire baisser de manière importante le montant des participations.

 Ces thèmes de société concernent tous les citoyens de Sud Sainte-Baume. Nous remercions les Signois présents pour leur participation et espérons avoir rempli notre travail d’éclairage citoyen lors de cette soirée.

 

ooo000ooo

 

 

                                COMPTE-RENDU DE NOTRE ENTREVUE AVEC M. LE MAIRE DE SIGNES

                                SUR LA QUESTION DE L' EAU ET DE L' ASSAINISSEMENT

                                                                                                                        (25-01-2019)

 

 

                                                                                               Préambule…à l’eau et à l’assainissement

     Notre rencontre avec le Maire de Signes avait pour objet de poser la question de la gestion de l’eau et de l’assainissement. Nous le remercions de nous avoir reçus. Les échanges qui suivent voulaient clarifier la position de la Commune sur cette question qui a été tranchée au niveau de la Communauté d'agglomération : on se dirige vers une privatisation de cette gestion sans qu’une enquête des consommateurs ait été diligentée. On nous objectera que la légalité est dans la décision du conseil municipal concerné. Ce type de réponse est dans la logique même d’une absence de démocratie participative réclamée aujourd’hui par des milliers de manifestants. Nous offrons aux citoyens signois la primeur de ces échanges. A eux de juger sur pièces.

                             La Présidente

 

 

                                                                                        Citoyens Au Pays – La Chambrette (CAP-LC)

                                                              Compte rendu de la réunion en mairie de Signes le 25 janvier 2019 à 10 heures.

                                                      Présents : Jean-Mathieu MICHEL (Maire), Gérard TAUTIL (GT), Jean-Pierre SALVADOR (JPS)

 

   Cette réunion s’est faite à l’initiative de CAP-LC. Tout le monde étant à l’heure, c‘est GT qui présente les raisons de nos préoccupations. A savoir la LGV, le LINKY mais surtout l’état de la gestion de l’eau à Signes tant au niveau administratif que technique, approvisionnement et assainissement. L’objection est faite qu’il ne faut pas recommencer avec la gestion de l’eau ce qui s’est fait sans concertation avec les compteurs Linky.

 Une discussion informelle s’engage entre le Maire et GT sur les deux premiers points. Sur la LGV le Maire s’en tient au refus officiel du projet ; quant au LINKY,  il considère qu’il faudrait abroger la loi. Ce à quoi GT lui dit que d’autres communes ont interdit les poses de compteurs.

 

                                                   Nous passons alors au sujet de notre démarche, c’est-à-dire : l’eau et l'assainissement.

   Au nom de l’association JPS exprime que l’eau est le trésor des décennies à venir et qu’il vaudrait mieux en garder la maitrise à tous points de vue. Le Maire acquiesce. Nous exprimons que nous comprenons que la gestion globale soit confiée à CCSSB. Cela permet de mutualiser les ressources afin de réduire les coûts d’exploitations. Néanmoins nous craignons de voir cette gestion remise à des sociétés privées qui en deviendraient propriétaires et nous priveraient d’un bien public.

   J-M MICHEL répond qu’il est trop tard car la commune en a confié la gestion technique à la Communauté de Commune Sud Sainte-Baume (CCSSB) à partir du 1er janvier 2019 qui elle-même a contracté avec Véolia. Cela par un premier contrat sur 5 ans, renouvelable ensuite par tranches, jusqu’à ces 12 prochaines années. Ensuite la totalité de la gestion administrative et technique passerait à une gestion privée de l’eau pour toutes les communes de SSB.

   A la question des raisons qui poussent la commune de Signes dans cette direction le Maire répond que c’est un choix de gestion de la CCSSB et qu’il ne veut pas marginaliser notre commune vis-à-vis des autres communes de la communauté. Il argumente aussi que nos installations risqueraient d’être vite obsolètes et que nous n’aurions pas les compétences pour y pallier, surtout en matière d’assainissement. Tandis qu’au privé c’est leur affaire. Il est aussi dubitatif quant aux capacités de présence d’un personnel fonctionnarisé !

   La réunion se termine à 11 Heures 15. Il reste des questions: Par qui l’eau à Signes est-elle gérée administrativement ? La Mairie ou le Trésor Public ? Les Signois paient les factures d’eau au Trésor Public. Mais qui relève les compteurs ? (employés de mairie ou Véolia). Est-il possible de visiter ou de lire un plan des infrastructures sur le traitement de l’eau en amont et l’assainissement aval ? Où sont rejetées les eaux usées ?           

 

         Jean-Pierre SALVADOR

 

ooo000ooo

 

 

Communiqué du 29 janvier 2019
Stéphane Lhomme
Conseiller municipal de Saint-Macaire (33)
Animateur du site web
 http://refus.linky.gazpar.free.fr

 

Compteurs Linky : la direction de
l'UFC-QueChoisir trahit à nouveau
les usagers au profit d'intérêts privés

 

 

que-trahir-pt.jpg

 

 

La direction de l'UFC-QueChoisir a annoncé (1) mardi 29 janvier 2019 saisir le Conseil d'Etat pour tenter d'imposer chez les habitants, en lien avec les compteurs Linky, des "afficheurs déportés" dont le fonctionnement est nocif pour la santé des habitants et est par ailleurs favorable au business de diverses entreprises privées.

En effet, la direction de l'UFC-QueChoisir se garde bien de préciser que ces fameux "afficheurs déportés" ne peuvent fonctionner que si les opérateurs installent dans les compteurs Linky des ERL (émetteurs radio linky) comparables à des émetteurs wi-fi (2).

Il est d'ailleurs notable que la direction de l'UFC-QC se joint à Enedis pour prétendre que les Linky ne causent aucun risque pour la santé (3) car ne fonctionnant pas en wi-fi (4)… tout en demandant dans le même temps l'installation des émetteurs ERL !

Par ailleurs, la direction de l'UFC-QC que prétend sans preuves (et pour cause) que les ERL sont indispensable pour "l’information en temps réel des ménages précaires sur leur consommation électrique, élément déterminant pour une meilleure maîtrise de leur consommation et donc un gain de pouvoir d’achat."

Il s'agit là de la reprise des éléments de propagande d'Enedis, alors qu'aucune étude n'a pu confirmer ces affirmations et que, au contraire, il a pu être montré que l'effet des compteurs communicants sur la consommation, une fois passé l'attrait de la nouveauté, était parfaitement nul (5)

Par contre, l'installation des ERL dans les Linky va permettre aux opérateurs de collecter encore plus de données sur la vie privée des usagers, utilisables à des fins commerciales (mais aussi policières).

Bien qu'ayant perdu son premier procès contre moi (6), en attendant les trois autres qu'elle a lancés à mon encontre, la direction de l'UFC-QC persiste à jouer double jeu et à trahir les usagers, faisant mine de contester le programme Linky (en réalité uniquement sur son volet financier) tout en demandant son "amélioration" (installation des ERL) et en faisant le jeu des entreprises privées."

 

 

                                                                                            -----------------------------------

             

 

 

CAHIERS DE DOLEANCES - SIGNES. 

Citoyens au pays - La Chambrette participe à l'enquête en Mairie

Décembre 2018

 

  

   Confrontée à un mouvement spontané parti d’une taxe fiscale sur le prix du pétrole, élargi ensuite à des revendications sociales de fond (ISF, retraites, chômage et précarité, SMIC à 1500€, etc… pour ne citer que les principales), notre association reconnaît de nombreuses revendications avec lesquelles nous sommes en accord. Pas toutes néanmoins. Mais nous sommes assez proches de celles et de ceux  qui recherchent la concertation avec un pouvoir devenu antipopulaire et qui refusent clairement toute récupération politicienne.

 

 Nous arrivons aujourd’hui à la fin d’un système présidentiel qui ne permet pas au citoyen  de s’exprimer. Il subit des dégradations de son niveau de vie qu’il sera obligé de payer :  LN-LGV- Paca, carrières et usines d’enrobés, pollutions de l’air due à la circulation des camions, du Circuit P. Ricard et de Véolia. 

 Dans le cadre de la vie municipale, notre engagement citoyen se limite à rappeler que nous sommes pour une démocratie participative qui sur Signes consisterait à mettre en place :

- des conseils municipaux soumis à délibération sur toutes les questions posées (Linky, aménagement du territoire, projets fonciers, zone d’activités, gestion de l’eau et de l’assainissement municipal, etc…) ;

- des commissions extra-municipales qui travailleraient afin de présenter des propositions sur les dossiers en cours ;

- une politique de gestion municipale qui ne s’en remette pas systématiquement à la Communauté d’agglomération Sud Sainte-Baume et à la logique de concentration des collectivités territoriales (réforme territoriale technocratique et centralisatrice) ;

- Une enquête municipale sur l’animation et l’aménagement des commerces de proximité du centre-ville (enquête que nous avons initiée) ;

- des panneaux  d’expression libre pour les association et organisations démocratiques.

 

Pour l’association CITOYENS AU PAYS – LA CHAMBRETTE :

Madame Irène TAUTIL,

Présidente

 

                                             --------------------------------------------------------------------------------------

 

 

                     Politique municipale et Citoyens au Pays (18/12/2017)

 

   Une réflexion sur la politique de la commune est en cours, indépendante de toute autre initiative associative ou partisane signoises. Le dernier Conseil d’administration du 13 Décembre 2017 a  fait un bilan très provisoire et volontairement limité des questions posées par la politique municipale.

Des objectifs et des modalités sont apparus en liaison avec les questions suivantes:

- Quelle politique de la ville pour demain ?

- Quelles transformations faire apparaître dans et par le débat citoyen ?

 

Des pistes ont été dégagées :

- Repenser le centre-ville : entre extériorisation des activités économiques et un centre dépourvu de toute activité sociale, quelles perspectives ? Un modèle urbain déshumanisé (afflux de nouvelles populations et logique du lotissement, artificialisation des terres agricoles) ou un village de densification moyenne ouvert à des activités économiques novatrices ? Il faut réinventer un village moderne qui fixe ses habitants en répondant  aux besoins de la vie quotidienne. Des commerces de proximité doivent être repensés. La commune doit jouer tout son rôle dans cette (re) construction d’une espace d’échanges et de sociabilité.

   Car, pour les responsables de l’association, il est évident que ni la logique du plateau de Signes ni une pseudo zone d’activités, extérieure et parallèle au village, ne peuvent répondre à cette question. C’est bien sur cette incohérence que les   mécontentements vont se focaliser  lors des prochaines élections municipales. Mais au-delà du moment électoral, cette question sensible est essentielle pour l’avenir de la commune et de ses habitants.

- Aider à la mobilité des habitants : elle est fonction des axes de circulation piétonne et d’usages motorisés difficiles. Les nouveaux axes de circulation ouverts (chemin St-Clair/Super U/ Lotissements) laissent présager une urbanisation ultérieure. La question des aires de stationnement se posera de façon encore plus aigüe aux dépens des terres agricoles voisines. Les passages pour les personnes âgées et handicapées (trottoirs étroits) sont à repenser. Enfin, la question des transports lourds des carrières et celle des camions délaissant l’autoroute pour le Var central  devrait être une question à l’ordre du jour de la commune et du département.

- Pour une commune écologique moderne : il ne suffit pas de reconduire une foire bio annuelle dont la majorité des exposants est extérieure à la commune pour donner à Signes un label bio et des vertus écologiques d’apparence. Il est étonnant que la commune ne favorise pas l’installation de jeunes agriculteurs et que le système des Amaps (la première est née en Provence et en France à Ollioules à proximité de …Carrefour !) ne trouve pas d’issue locale, alors que de nombreux jeunes cherchent un travail local durable. Une nourriture bio à la portée des différents niveaux d’usagers –  à commencer par les enfants et la cantine scolaire – serait un objectif aisément réalisable dans la perspective de création d’emplois nouveaux. C’est une question de volonté politique.

-  D’autres questions centrales ont retenu notre attention. Elles seront abordées à mesure du développement de notre association. Elles concernent la politique énergétique (usines de panneaux solaires privées, Enedis et compteurs Linky), la gestion municipale de l’assainissement, la pollution olfactive récurrente de Véolia, l’extension des carrières (Usines d’enrobés Lafarge), la proximité du PNR avec le projet de la LN-PCA (ex. LGV-PACA), la « gestion-impôt » par la société privée de l’assainissement non collectif Spanc, etc…).

   Au cœur de ces questions toujours centrales est celle de la démocratie et de la mobilisation des citoyens (enquêtes auprès des habitants pour les dossiers qui engagent la santé publique, décision favorable à Enedis et ses compteurs Linky sans délibération du Conseil municipal…

  Nous reviendrons sur ces questions et les modalités citoyennes de les poser, pour un meilleur éclairage des questions qui accompagnent la vie de nos concitoyens.

 

                                                         ooo000ooo

 

        Une video récente sur les compteurs Linky qu'il faut faire connaître

 

Pour tout savoir sur les compteurs communicants, Linky, Gazpar et cie...
Pour savoir pourquoi et comment refuser ces compteurs...

Prenez quelques instants pour visionner cette vidéo :

https://youtu.be/7W41yI5MMgg  

(mise en ligne le 18 décembre 2017)

 

                                                                        ooo000ooo

 

Lettre ouverte à la municipalité de SIGNES

 

CITOYENS AU PAYS (CAP) 

300, chemin du Plan de Chibron - 83870 SIGNES

http://citoyensaupays.e-monsite.com

 

Signes, le 7 mars 2017

 

         A Monsieur le Maire de la commune de SIGNES,

         A Monsieur l’Adjoint délégué à l’Environnement,

         A MMes et MM. Les Conseillers municipaux.

 

Mesdames et Messieurs,

    Deux courriers récents du Service gestionnaire des Compteurs électriques dits Linky, dispositifs électriques contrôlés par radiofréquence, nous demandent de nous prêter à l’installation  souhaitable de ces compteurs. S’ils sont souhaitables pour le délégataire, la loi ne dit pas qu’ils sont obligatoires.

   Nous sommes donc doublement surpris.

   D’abord,  par l’imminence de ces compteurs contestés massivement dans l’hexagone par des particuliers, des associations de défense de l’environnement et par des communes qui s’  opposent à ce type de relevé à distance pour des raisons de santé publique.

   Nous sommes d’autant plus surpris qu’aucune délibération n’a été faite de la part du Conseil municipal sur cette question, absence confirmée après demande en mairie. Nous ne comprenons pas que le Conseil Municipal s’aligne sans aucune délibération sur la position du service délégué pour ces installations.

   Nous tenons à vous rappeler les nombreuses enquêtes scientifiques (1) qui ont eu lieu sur les effets des compteurs électriques dispensateurs de rayonnements électromagnétiques qui viennent s’ajouter aux ondes résultant des installations électriques à domicile. Elles sont le fait d’enquêtes indépendantes. Et leurs effets nuisibles à la santé sont signalés, notamment par la Commission des médecins de Bamberg (Allemagne) : maux de tête, crises de tétanie, insomnie, acouphènes, vertiges… Celle-ci met en garde contre les risques aggravés de cancer et de dommages génétiques.

  Nous ne pouvons accepter que, comme lors de l’introduction du téléphone portable, les citoyens et usagers soient laissés dans l’ignorance totale de la gravité des conséquences.

  Aussi nous vous demandons de bien vouloir considérer ces faits, l’absence de délibération, et tout au moins d’exprimer une motion de défiance de la part du Conseil municipal en direction  de vos administrés.

 

   Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions, Mesdames et Messieurs, d’agréer l’expression de notre considération distinguée.      

 

     Catherine Olivier,  Irène Tautil,  Christian Ruperti, Jean-Pierre Salvador, Gérard Tautil

 

----------------

  1. ►Article de Nature et Progrès. Février-mars 2017 – N°111.

         Et revue de presse : http://refus.linky.gazpar.free.fr

                                     

 ooo000ooo

 

Pour cette partie du dossier sur les compteurs Linky, voir la rubrique "SOCIETE" et les échanges entre la municipalité de Signes et notre association.

 

ooo000ooo

 

20 votes. Moyenne 5.00 sur 5.