La lettre de la chambrette

Croquefigues/Signes

 ​

                                                     

                                                                                                 La Lettre de la Chambrette -3-

                                                                                                                               (Juin 2019)

 

 

                                                                                      EUROPÉENNES. Les leçons d’une élection

 

   Des résultats régionaux et nationaux, la première tendance qui se dégage est une participation assez équilibrée entre abstentionnistes et votants, les votes étant en hausse par rapport aux élections précédentes. Au national, la stabilisation de l’extrême droite (23,31%) dépasse d’un petit point le courant macroniste (22,47%). Les sondages sont passés à côté du vote vert (ou menti ?) puisque la liste de EELV estimée à 8%, réalise un score de 13,47%. La droite libérale et la gauche éclatée sont les perdants de ce scrutin (LR (8,48%), LFI (6,31%), PS (6,19%).

    Dans le Var, ces tendances s’accentuent : RN (33,54%), LREM (20,89%), LR (9,61%), EELV (8,47%), LFI (4, 94%), PS (4,33), Dupont-Aignant (3,94%). Des candidats disparaissent des radars (PCF, 1,97%, Génération.s, 1,75%…).

    A Signes, où la poussée de l’extrême droite est forte (41%- 526), la liste Loiseau (Macron), (14,65%,188) dépasse la liste Jadot (10,29%- 132) tandis que LR (5, 85% - 75) et LFI (5,53% -71) dépassent Dupont-Aignant (4,6%-59), le PS (3, 66%- 47), Hamon (2,42%-31) et Y. Brossat (2,18%-28). Dans notre commune, la gauche, qui ne se manifeste jamais publiquement, est laminée ; la droite et le PS qui font partie d’une liste d’union hétéroclite -Div. D, voit une grande partie de son électorat voter  LRM ou RN. Nous sommes dans la logique des refondations éphémères, siphonnées par le macronisme ou, de toute évidence, le résultat d’un électorat fluctuant qui a changé de fusil d’épaule pour se retrouver dans le camp de l’extrême droite.

   L’électorat populaire, dans sa majorité, a fait défaut à la gauche éclatée. A noter le vote Jadot, vote de sensibilité sociale et écologique, qui fait une petite percée malgré l’absence de professions de foi dans les enveloppes précédant le scrutin (arrivées en retard de la livraison en préfecture et refus du préfet de les valider. On se demande ce qui serait arrivé aux listes LRM et LR dans ce cas…).

 

                                                                           Quelles leçons tirer de ce scrutin ?

 

   1- Tout d’abord le constat d’une élection européenne qui n’aborde pas les transformations de l’Europe libérale actuelle et qui passe sur les enjeux réels, avec l’aide des médias dominants.

   2- Une bipolarisation du scrutin (Droite/Extrême droite) qui s’est focalisée sur un faux enjeu national « Pour ou contre Macron ». Les stratégies du RN et de LRM se sont complétées et ont détourné le citoyen des véritables enjeux (productivisme, dérèglement climatique, nécessité de s’engager sans retard dans la transition énergétique, questions sociales…).

   3 – Le score inquiétant de l’extrême droite qui trouve dans la politique municipale les raisons   des mécontentements (l’anti-immigration en prime, alors qu’à Signes la question ne se pose pas). En cause, le refus de prendre en compte les nuisances écologiques qui résultent d’une industrialisation non maîtrisée par les Signois (carrières, usines d’enrobées en cours, trafic routier en hausse, pollutions atmosphériques au pied de la Sainte-Baume et de son PNR,  gestion calamiteuse de l’assainissement du Spanc…).

 

                                              Certes, l’élection européenne est bien différente d’une élection locale.

   Il n’empêche que la politique gouvernementale (« réformite » aigüe : questions sociales, emplois de type nouveau face à la crise énergétique, retraites revues à la baisse, liquidation des services publics, sécurité sociale…) fait écho auxfacteurs locaux et régionaux (perte de moyens financiers pour les petites communes, réforme territoriale, régions aux budgets rabotés….).

   Si de telles situations locales ne font pas exception, elles favorisent une extrême droite locale et régionale qui se moquent bien - malgré leur opposition de circonstance - des questions de société et d’aménagement (les revendications sociales, la LGV/LN-PCA, par exemple). Dans ce champ politique dévasté, elle est la pire des choses qui puisse se produire face à une classe politique soutenue par une bourgeoisie  affairiste, aussi réactionnaire que celle que nous connaissons.

   S’il est vrai que tout changement doit logiquement naître du local, il est nécessaire que les citoyens concernés prennent part aux questions et aux décisions de leur commune. C’est là où tout peut et doit se jouer. Les élections municipales dans 10 mois doivent être l’aboutissement de ce passage obligé.

                                                 Les Signois entendront-ils ce message plutôt que les propos démagogiques de l’extrême droite ?

 

    Nous en reparlerons.

 

                                                                                                                 ooo000ooo

 

 

 

                                                                                   LETTRE-BULLETIN N°2 - Avril 2019

 

         A SIGNES, LES ECOLES, LES CAMIONS, LES POLLUTIONS : JUSQU'OÙ ?

 

         

● POLLUTION AUTOMOBILE

   A Signes, le matin dès 7 heures, une file de voitures se rend au travail et de même le soir en sens inverse. C’est le trajet des personnes qui ne peuvent prendre le train sur des distances de plus ou moins 100 km/A-R et qui sont condamnées à prendre leur voiture particulière. La chaîne est continue de Brignoles à Marseille ou Toulon. Signes est le passage obligé pour un parcours transversal sans péage…

● POLLUTION DES ENTREPRISES CARRIERISTES

   Le pôle industriel qui s’étend à présent de la zone d’activités aux deux carrières et aux deux prochaines usines d’enrobés de goudron est un concentré de problèmes INSALUBRES à répétitions : pollutions olfactives (Véolia) persistantes malgré les récriminations des riverains, pollutions de l’air avec le concassage des pierres et conglomérats obtenus, pollution de l’eau du Latay qui alimente les carrières ; pollutions de l’usine Lafarge qui veut ouvrir ses deux usines à goudron que le BTP et les sociétés auto/routières défendent… Auxquelles il  faut ajouter la

● POLLUTION DES CAMIONS TRAVERSANT LA COMMUNE

   Quotidiennement vient s’ajouter la noria des camions qui circulent en Centre-Var (routes du Beausset, Signes, Méounes, Vallée du Gapeau…) ; chargés de matériaux inertes, ils bloquent une circulation déjà difficile, aux bouchons continus, frôlent les cyclistes, et aboutissent aux écoles de Signes situées des deux côtés de la RN… Ces écoles auraient pu être construites en retrait de la route (à la place du mini-centre commercial récent qui désertifie l’activité des derniers commerces du centre -ville); mais l’explosion des activités d’extraction/production n’était pas alors prévue dans ces proportions...

QUELLES SOLUTIONS ?

   Cette pollution à proximité des écoles est génératrice de maladies respiratoires sur les plus petits : elle est estimée à 67000 morts prématurées en France (1). Le taux de dioxyde d’azote devrait être évalué comme il l’est à Marseille où il dépasse les normes, pour un quart des écoles et des crèches. (2 et 3)

   Exemple local : à Cuges-Les-Pins, la circulation des poids lourds est interdite dans la journée. Solution envisageable pour Signes, même si ce n’est qu’une REPONSE PROVISOIRE à une situation qui ne peut que s’aggraver avec ce trafic accru.

  ► Dans l’immédiat, nous proposons à la Municipalité d’aborder cette question sanitaire sensible et de trouver une/des solution-s rapide-s,  ce qui serait l’objet d’une délibération lors d’un prochain conseil municipal. Dans l'intérêt des Signois et de leurs enfants.

------------------

  1. Nice-Matin 2019-03-29.
  2. https://www.greenpeace.fr/pollution-ecole/maternelle/  Le N02 est issu des véhicules diesel.
  3.  https://www.unicef.fr/pour-chaque-enfant-un-air-pur : «  En France, trois enfants sur quatre respirent un air toxique. Sur le chemin pour se rendre à l’école ou dans la cour de récréation, ils inhalent des gaz et des particules qui peuvent entraver leur croissance pulmonaire, favoriser le développement de l’asthme, rendre plus fréquents les rhumes, les bronchites et d’autres maladies. À cause de la pollution de l’air, le simple fait de respirer met les enfants en danger. »

 

 

                                                                                                             ooo000ooo

 

 

                                          LETTRE-BULLETIN  N°1 - Janvier 2019

 

                               NON A LA CONFUSION ET A LA DEMAGOGIE !

 

     Nous, Citoyens Au Pays ‐ La Chambrette (C.A.P) allons à la rencontre des Signois.

  Indépendants de tout parti, nous dénonçons le programme de ceux qui réduisent tout à « la préférence nationale ».

  Nous refusons les intox à propos de l’immigration comme elles fleurissent à propos du pacte de Marrakech. Nous refusons les mauvais choix des élus et nous pouvons proposer collectivement des solutions de proximité. Nous sommes une association qui propose et consulte, sans brouillage des genres (élections municipales, régionales ou européennes).

•​ La politique de l’Etat français et l’Europe doivent répondre aux ruptures sociales

  Dans notre pays les inégalités se creusent. La précarité et le chômage s’intensifient. Les mouvements so‐ ciaux s’organisent  pour  pallier aux carences de l’Etat. Restos du Cœur, Gilets Jaunes, Bonnets rouges, Zadistes.., sont le  reflet de cette situation d’injustice. L’Europe doit harmoniser ses lois sociales afin de  réduire les inégalités pour l’ensemble de ses peuples.

La politique énergétique de l’Etat français et de l’Europe face au Tout pétrole et au Tout nucléaire

  Et Macron reporte la transition énergétique à 2035 alors que c’est le chantier prioritaire. Il ne répond pas  aux effets du réchauffement climatique en nous imposant des taxes au nom de « l’urgence écologique » ! La vraie  réponse consiste à développer les recherches en énergies renouvelables, en leur consacrant des  budgets conséquents.

Entamer la  suppression des centrales nucléaires. Développer des transports publics de proximité. La voiture électrique : coûteuse, mangeuse d’énergie nucléaire n’est qu’un palliatif. Elle favorise le toutautomobile productiviste et l’enrichissement d’actions boursières. Des pays européens s’engagent mieux que nous dans la transition énergétique. Unissons‐nous pour sortir de l’enfermement français !

  Les ruptures territoriales, résultat des politiques nationales

  La France est championne du centralisme étatique. Sa réforme territoriale technocraƟque refuse la spécificité culturelle et linguistique des territoires. Dans le cadre des échanges interrégionaux européens qui se développent, sa réponse est celle d’un nain politique car toutes les régions qui se développent aujourd’hui  s’appuient sur l’identité des territoires.                                                                                             

 ● La question européenne se construira contre le souverainisme et le nationalisme. 

   Nous vivons dans une Europe libérale depuis le  traité de Rome et les traités référendums depuis 2005. Cette Europe qui ne nous convient pas se développe sur le même credo (financiarisation, fuite des capitaux renforçant la rupture fiscale, politique d’austéré, PIB, traité de Schengen non respecté). C’est une politique de reniement et de répression qui favorise la montée de l’extrême droite. A cette Europe opposons une Europe des peuples qui échangeraient sur un pied d’égalité, une Europe solidaire des pays soumis à une dette que des milliards de capitaux en fuite pourraient largement combler.

DU LOCAL AU GLOBAL, répondons aux questions actuelles de la démocratie

 A Signes, en Provence région d’Europe, les citoyens subissent cette poliƟque ultralibérale et centraliste. La réponse démocratique s’appuie sur les citoyens échaudés par ces politiques alors qu’ils souhaitent participer aux enjeux locaux et régionaux comme européens. L’appel à une démocratie construite par nous‐ mêmes est libérateur : là est la solution qui s’impose du LOCAL au GLOBAL.  Là est le véritable enjeu citoyen.

►Ces sujets vous préoccupent aussi, venez nous rejoindre à nos permanences chaque premier samedi matin du mois, à la Maison des AssociaƟons, de 10h à 12h (les 02/02 - 02/03 - 06/04 - 11/05 - 01/06)

Vous pouvez également visiter notre site : CITOYENS AU PAYS ‐ LA CHAMBRETTE ‐ http://citoyensaupays.e‐monsite.com

ou nous joindre par mail : cap.chambrette@gmail.com

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Vous souhaitez adhérer à l’association : Chèque à l’ordre de « Citoyens au pays ‐ la Chambrette », adressé à Citoyens au pays , 300 chemin du Plan de Chibron ‐ 83870 SIGNES 

’adhère à «CITOYENS AU PAYS- LA CHAMBRETTE » Nom : ……………………………………………………………………..        Prénom : ……………………………………………………..  Adresse : ………………………………………………………………………..…………………………………………………………………...  ………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….…  Courriel : …………………………………………………………………………………………….. 

Adhésions : individuelle : minimum 10€. Association : 15€. Membre bienfaiteur : participation financière de votre choix

19 votes. Moyenne 5.00 sur 5.